Lorsque les articulations font grincer des dents, il peut s’agir de pathologies très différentes, plus ou moins handicapantes. Zoom sur un phénomène qui touche près de 2 millions de personnes en Suisse.

Mal aux poignets et aux extrémités des membres, doigts qui se déforment, lombalgies… Ces maux familièrement appelés «rhumatismes» regroupent en réalité plus de 200 pathologies différentes! Elles ont en commun d’affecter les articulations et les tissus conjonctifs. Il convient de distinguer notamment les douleurs ostéo-articulaires comme l’arthrose, qui sont plutôt liées à l’âge, et les douleurs inflammatoires, qui concernent même des patients jeunes et peuvent être causées par la polyarthrite rhumatoïde.

Copyright: AllTheContent / DeathToStock – Les rhumatismes touchent près de 2 millions de personnes en Suisse.

Douleurs mécaniques: arthrose et tendinopathies

La vieillesse et l’usure du cartilage des articulations favorisent l’apparition des douleurs ostéo-articulaires. Il arrive aussi que des personnes jeunes en souffrent, notamment à cause d’un surpoids ou d’un défaut d’axe, provoquant une usure prématurée de l’articulation. Pratiquer un exercice régulier permet de prévenir la maladie, en musclant le corps. Mais lorsque l’articulation est au bout du rouleau, il n’y a qu’une solution: la prothèse. «Ces dispositifs s’usent, au contraire des os qui se réparent, et on essaie donc de les mettre le plus tard possible», explique le Professeur Axel Finckh, rhumatologue aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Des douleurs ostéo-articulaires peuvent aussi être causées par une atteinte des tendons, souvent à la suite d’une mauvaise sollicitation du corps. «À peu près n’importe quel mouvement, répété un millier de fois, peut entraîner ce type de problème, note le docteur. C’est pourquoi lorsque vous pratiquez une activité sportive, il est important de s’équiper de matériel adéquat, comme par exemple de bonnes chaussures pour courir.» Il n’y a cependant pas que sur les terrains de sport que cette pathologie peut survenir. Cliquer sur sa souris d’ordinateur peut ainsi conduire à une tendinite de l’index et ce, sans quitter son bureau!

Douleurs inflammatoires: des maladies encore mystérieuses

Les rhumatismes de type inflammatoire, comme la polyarthrite rhumatoïde, sont des maladies auto-immunes. Cela signifie qu’elles sont provoquées par une anomalie au sein même du corps humain: l’organisme s’attaque à une structure de l’articulation, la prenant, à tort, pour un corps étranger. Les poussées sont chroniques et peuvent évoluer durant plusieurs jours ou plusieurs mois, déformant à terme les mains et les pieds. En Suisse, une personne sur cent est touchée. «Les causes de cette affection ne sont pas encore très bien connues, explique notre expert. Aux HUG, nous menons des recherches afin de comprendre pourquoi certaines personnes développent ces maladies, et de déterminer quels facteurs augmentent le risque.» Les facteurs génétiques ont une incidence d’environ 50% sur le développement de la maladie, il faut donc être particulièrement attentif aux symptômes en cas d’antécédent familial. Le docteur insiste sur l’importance d’un dépistage précoce: «Si on traite la polyarthrite de manière précoce, son évolution est plus bénigne grâce aux moyens actuels, précise Axel Finckh. En agissant quand le mal est sévèrement installé, c’est plus compliqué, et on n’arrive qu’exceptionnellement à obtenir une rémission.»

Quels remèdes contre les douleurs rhumatismales?

Les traitements se composent généralement d’antalgiques et d’anti-inflammatoires. Les dérivés de la cortisone, eux, sont réservés aux cas de rhumatismes inflammatoires. Comme traitement de fond de la polyarthrite rhumatoïde, le méthotrexate est aujourd’hui prescrit. L’électrostimulation peut être une alternative aux traitements médicamenteux, parfois lourds en effets secondaires. Elle permet de soulager rapidement la douleur tout en favorisant le renforcement musculaire. En pharmacie, on trouve également des curiosités comme les extraits de cartilages et d’algues, censés renforcer les articulations. Leur efficacité n’est pas prouvée, selon notre expert. Un doute subsiste aussi à propos des crèmes contre les inflammations. «Certaines études tendent à prouver qu’elles sont efficaces, d’autres pas», note le rhumatologue.

Avec Alex Finckh, rhumatologue aux Hôpitaux universitaires de Genève

FBR/AllTheContent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.