La peau, un organe qui s’expose

La peau est le reflet de notre santé comme de nos états d’âme. Que surviennent stress, angoisse et déception, et voilà qu’elle se venge par une éruption de boutons: zona, herpès, eczéma…

«Etre bien dans sa peau», «mal dans sa peau»… On ne croit pas si bien dire. Ces expressions reflètent on ne peut mieux nos états d’âme. Lorsque nous sommes mal dans notre tête ou dans notre cœur, la peau ne tarde pas à se venger en affichant publiquement nos soucis. Dans un premier temps, le sujet intériorise ses anxiétés et ses angoisses (prendre sur soi). Dans un deuxième temps, ayant fait le plein de la souffrance liée à ses frustrations, il confie à l’organisme le soin de les exprimer, afin que le mal «sorte».

Les chagrins de la peau

Les chagrins de la peau peuvent s’exprimer de différentes façons. Le zona, par exemple, est une vilaine affection qui risque d’être très douloureuse. Ou l’herpès, ce satané bouton de fièvre qui sait si bien saper le moral. Ou encore au travers des manies qui s’attaquent carrément à la peau: on se gratte, on écorche ses boutons, on triture les points noirs, on se ronge les ongles et on va jusqu’à s’arracher les cheveux!

Les affections du corps et de l’esprit ne peuvent être séparées. Dans le processus de guérison, la recherche du bien-être psychique est tout aussi importante que les traitements pharmacologiques. Les chercheurs attelés à démontrer les liens qui existent entre la peau et le système nerveux ont ainsi découvert que les cellules cutanées disposent de récepteurs sensibles aux messages envoyés par le cerveau. On les appelle neurotransmetteurs. C’est prouvé: un véritable dialogue a lieu en permanence entre la peau et le cerveau, grâce à ces substances chimiques riches en informations. Ainsi, lorsque nous sommes soumis au stress, un neuromédiateur bien particulier (la substance P) est libéré, parfois en excès. La peau étant très sensible à cette substance, elle peut «surréagir», s’enflammer, rougir et susciter la démangeaison lorsque le stress, l’anxiété ainsi que le sentiment de désarroi sont au rendez-vous. Ces récentes découvertes démontrent à quel point les affections dermatologiques sont liées au psychisme. C’est un progrès pour la science, et aussi pour celles et ceux qui demeurent convaincus que l’heure a résolument sonné afin que les différentes disciplines visant au développement du bien-être de l’individu continuent à établir entre elles des passerelles.

Notre peau est un organe précieux et soumis la plupart du temps à de rudes épreuves: le chaud, le froid, le vent, les rayons UV, le temps qui passe et les maladies. La défense de la peau mérite donc toute notre attention… et même davantage, car elle est aussi un atout de séduction. «Il n’y a pas de plus fin, de plus riche et de plus beau tissu que la peau d’une jolie femme», a écrit Anatole France. Les citations de femmes émues par la peau d’un homme ne manquent pas non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.