La thérapie cranio-sacrale, issue de l’ostéopathie, est une thérapie corporelle dans laquelle le toucher est décisif pour évaluer et améliorer le fonctionnement du système humain, notamment le système nerveux central. Cette approche holistique de l’être humain repose sur la conviction que chaque individu possède une vitalité profonde.

La thérapie cranio-sacrale a été mise en place au 20e siècle par l’ostéopathe américain William Sutherland, qui se réfère au système nerveux central allant du crâne au sacrum (os du bassin). En observant la mobilité des os crâniens et les pulsations rythmiques du liquide cérébro-spinal (liquide entourant le cerveau et la colonne vertébrale jusqu’au sacrum), il est arrivé à la conviction qu’une force de vie animant chaque être humain s’exprime par une «respiration primaire». C’est cette force biologique, qui se contracte puis se distend, qui permettrait au corps de réguler ses fonctions et de se régénérer. Dans les années 1970, John Upledger a enseigné une pratique reposant sur l’application de très légers mouvements des mains (approche biomécanique ou structurelle). Les principes relevant de la biodynamique ont été introduits dans les années 1990 en mettant l’accent sur les forces vitales décrites par William Sutherland. La biodynamique cranio-sacrale va donc «donner plus de place» à cette vitalité, afin de retrouver un état de bien-être et d’équilibre présent en chacun. Le client (1), avec l’appui du thérapeute et de sa propre respiration, relâche tout son corps et développe la perception de ses propres sensations.

Comment se déroule une séance?

Dans leur formation, les thérapeutes en biodynamique cranio-sacrale apprennent à réaliser sur leur patient un toucher ténu et doux, sans pression ni manipulation. Le client vêtu est allongé, sur le dos, sur une table de massage. Le toucher n’est pas forcément effectué au niveau du crâne, mais aussi sur les épaules, sur le côté, au niveau des chevilles, etc. Ce toucher représente une porte d’entrée à un processus commun d’échanges entre le thérapeute et le client pour que ce dernier parvienne à un apaisement et un équilibre intérieur. Grâce à sa force de vie, le client mobilise ses propres ressources avec l’appui du thérapeute. A ce moment, il peut ressentir des picotements, de la chaleur, des vagues de froid, des sensations de relâchement et de détente. Il peut aussi éprouver des émotions fortes. Au fil des séances, la communication entre les deux personnes renforce l’impact du ressenti. Le client acquiert également une meilleure conscience de ses compétences à mobiliser son potentiel.

Dans quel contexte peut-on avoir recours à cette thérapie?

Il ne s’agit pas de soigner des symptômes précis, mais plutôt de retrouver le contact avec sa propre capacité d’autoguérison. Cette thérapie s’adresse aux personnes de tout âge cherchant à supprimer une douleur comme le stress, les maux de tête, les insomnies ou encore les tensions musculaires et articulaires. Un choc traumatisant peut aussi conduire à cette approche. Cette thérapie corporelle prend en compte la totalité de l’individu avec toutes ses dimensions: physiques, mentales, conscientes et inconscientes, émotionnelles et spirituelles. Le but de la séance, d’une durée d’une heure, est de retrouver une sensation d’unité. Certaines personnes décident de s’engager pour une série de séances rapprochées, d’autres plutôt de revenir à intervalles moins réguliers. Quel que soit le rythme choisi, le client progresse aussi entre les séances. Cette pratique reconnue par l’assurance complémentaire est à proprement parler «complémentaire»: elle renforce et stabilise les effets de soins médicaux, en physiothérapie ou autres.

Un rééquilibrage global du corps pour soigner des maux précis

Si une personne doit faire remplacer son genou par une prothèse, elle peut alterner sa rééducation avec son physiothérapeute avec des séances en biodynamique cranio-sacrale. Ici, la thérapie va lui permettre de retrouver peu à peu des sensations dans les tissus de sa jambe et de corriger certaines « compensations » mises en place inconsciemment. Cette réappropriation sensorielle va progressivement alléger sa sollicitation envers l’autre jambe. Par conséquent, la biodynamique va conduire à un rééquilibrage global du corps accompagné d’un apaisement général. Les mêmes bénéfices sont observés lorsque des clients viennent pour des douleurs musculaires ou articulaires: la raideur, les tensions, voire les douleurs, s’atténuent d’un côté pour venir rééquilibrer l’ensemble du corps. Un sentiment de chaleur se généralise dans tout l’organisme et les différentes parties du corps forment désormais une unité. Autre cas de figure: une personne stressée par sa charge de travail, ou autre, va réussir à prendre de la distance face aux événements en se détendant, en s’observant elle-même et en développant une sensation de bien-être dans le moment présent. En veillant à rester centrée dans son corps, elle fortifie sa capacité à faire face aux difficultés à affronter. Les séances apportent ainsi une prise de conscience de soi tout en modifiant son regard sur le quotidien.

(1) Pour alléger le texte, l’article se limite au genre masculin pour l’être humain, homme et femme

JPAS/AllTheContent

Comments are closed.