Située au bord du lac de Neuchâtel, Estavayer-Le-Lac est pourtant bel et bien fribourgeoise. Son architecture médiévale ne laisse d’ailleurs pas en douter. Jetons l’encre dans cette ville aux trésors cachés.

Cet été, tous les regards – et Wellness & Santé – seront tournés vers Estavayer-Le-Lac: plus de 250’000 personnes y sont attendues pour la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres, les 27 et 28 août prochains. Deux jours de lutte suivis du couronnement du Roi. Cet événement exceptionnel, qui a lieu tous les 3 ans, permettra aux visiteurs de découvrir également les curiosités insolites de cette ville médiévale. Suivez le guide!

Des secrets à découvrir

Copyright: Swiss Tourism – Estavayer-le-Lac

Se balader dans Estavayer-le-Lac est un plaisir. D’autant plus que l’office du tourisme a mis en place tout au long de la visite-découverte des panneaux avec des QR codes. Il suffit de les scanner pour disposer de commentaires à écouter sur son téléphone portable. Pourtant rien ne vaut la compagnie de Louis Joye. Ce guide de la ville possède toutes les clés pour ouvrir les portes du donjon du Château de Chenaux, l’édifice médiéval construit dès 1392 qui surplombe la ville. Les marches ardues d’un escalier en colimaçon vous conduiront aux cachots en fonction jusque vers 1900. Le public n’a pas accès à cette curiosité laissée à l’état brut à moins d’en faire la demande express.

A la Collégiale Saint-Laurent, de style gothique, construite sur les vestiges d’un édifice roman entre le 14e et le 16e siècle, Louis Joye s’exclame avec humour: «Observez bien le maître-autel baroque signé Jean-François Reyff en 1640. L’artiste fribourgeois a copié une œuvre du Titien mais en inversant les personnages.»

Enfin, au bord du lac de Neuchâtel en direction de Font, un énorme rocher de 50 m3 aurait des pouvoirs magiques. Surnommé Pierre du Mariage, ce mégalithe est placé au croisement d’un nœud tellurique et d’un champ énergétique. La légende lui attribue un pouvoir de fécondité et la rencontre de l’âme sœur. Sceptique? Une chose est sûre cependant: Estavayer-le-Lac vaut le déplacement.

Coassements cocasses

Les 108 rainettes vertes dites rieuses sont l’attraction du Musée des grenouilles d’Estavayer-le-Lac. Au milieu du 19e siècle, l’art de la miniature et de la taxidermie est très populaire. Il est courant de caricaturer le genre humain à travers le monde animal.
De retour dans sa ville natale d’Estavayer après une carrière d’officier subalterne d’officier au Vatican, François Perrier (1813-1860), s’attèle ainsi à éviscérer des batraciens par la bouche. Réduits à leur seule peau, le Staviacois les remplit de sable et les met en situation. La pièce «L’école», avec le maître tenant une baguette entre ses doigts et l’élève puni travaillant assis sur ses talons, est la plus célèbre. Cette critique de la petite bourgeoisie vivant en milieu urbain est acerbe.

CYV/AllTheContent News Agency

Se renseigner:

www.estavayer-payerne.ch
tourisme@estavayer-payerne.ch
Office du tourisme, Rue de l’Hôtel-de-Ville 5, 1470 Estavayer-le-Lac, tél. 026 662 80.
Riche documentation à disposition: « Calèches Nature & Saveurs», «La Broye pas à pas, «Cyclotourisme», «Village Lacustre Gleterrens» et «La Grande Cariçaie» (l’une des plus belles réserves d’Europe).

Comments are closed.