Le thym, tous nos organes peuvent en profiter

Un parfum puissant s’éleva comme un nuage et m’enveloppa tout entier. C’était un odeur inconnue, une odeur sombre et soutenue, qui s’épanouit dans ma tête et pénétra jusqu’à mon cœur. C’était le thym, qui pousse au gravier des garrigues (…) Marcel Pagnol ( «La Gloire de mon Père», 1957, chap. 22 )

Est-ce la plante miracle ? Je n’irai pas jusque-là. N’empêche que, dans tous les documents que j’ai consultés, on parle du thym avec énormément de respect. Le Pr Henri Joyeux a même écrit dans son dernier livre : « Dans les pathologies bénignes, tous les organes peuvent en profiter à la fois pour les soulager lorsqu’ils sont malades et même pour prévenir leurs atteintes. »

Et il ajoute que les thérapies utilisant le thym méritent d’être mieux connues des médecins et du grand public pour leur efficacité. Ils peuvent se substituer alors à des médications coûteuses aux effets secondaires parfois indésirables.

Voici encore l’histoire vraie d’une institutrice fribourgeoise soucieuse de la santé de ses petits écoliers et un peu agacée par l’absentéisme hivernal. Durant toute la mauvaise saison, elle a pris la décision de donner chaque matin une tasse de tisane de thym à tous les élèves, tisane sucrée au miel, bien sûr.

A la fin de l’hiver, elle a fait ses comptes. Dans sa classe, les absences ont été quatre fois inférieures à celles des autres classes de son collège. Très fière du résultat, elle en a fait part à sa direction. La réponse : vous êtes là pour enseigner, pas pour faire l’apologie de la phytothérapie…

Le thym, sauvage ou cultivé (appelé aussi farigoule dans le sud de la France vous en trouvez partout, ou presque, puisqu’on a dénombré plus de 300 espèces. Ce sont des plantes arbustives portant de petites fleurs rose pâle ou blanches qui ont la particularité de produire naturellement, comme la plupart des plantes aromatiques, des huiles essentielles.

Ses atouts : antibactérienne et antivirale, elle lutte contre le développement des bactéries et des virus et elle est même capable de les tuer ! En cela, elle est particulièrement efficace dans les cas d’angine, de bronchite, de grippe, de sinusite et de rhume, donc parfaitement adaptée à combattre nos petits problèmes hivernaux.

Autres particularités de cette plante, elle est plus généralement utile dans tous les cas d’infection : aphte, gingivite, mycose. Elle stimule la circulation et réchauffe les extrémités. Elle est tonifiante et rééquilibrante. Enfin, cerise sur le gâteau: l’huile essentielle de thym est l’alliée du foie, à recommander en cas d’hépatite virale, par exemple.

Applications pratiques

La façon la plus naturelle, la plus efficace et la plus économique de profiter de tous les bienfaits du thym bio : une fois par jour, versez deux décis d’eau bouillante sur une pincée de thym bio. Laissez infuser deux minutes au maximum. Durant ces deux minutes d’infusion, inhalez la vapeur et ainsi désinfectez naturellement les voies respiratoires. Filtrez et sucrez avec du miel bio. Avant de sucrer, laissez tiédir l’infusion, car la chaleur détruit les vitamines contenues dans le miel. (Conservez le thym à l’abri de la lumière, de l’humidité et de la chaleur)

Angine : diluez 1 goutte d’huile essentielle (HE) de thym dans une cuillère à café de miel. Renouvelez trois ou quatre fois par jour.

Toux et de rhume : faites une inhalation avec 2 à 3 gouttes d’HE de thym diluées dans un bol d’eau chaude.

Froid aux extrémités : diluez 2 gouttes d’HE de thym dans une noisette de crème pour le mains, et massez vos doigts (mains et pieds).

Rhumatismes : diluez 10 gouttes d’HE de thym dans une cuillère à soupe d’huile végétale et versez dans l’eau du bain. Restez-y une dizaine de minutes.


Le professeur Henri Joyeux est cancérologue, spécialiste de chirurgie digestive et des liens cancer-nutrition. Professeur des universités, il est une des grandes références mondiales dans le domaine de la santé et de la cancérologie. Après plus de 40 ans de pratique de la médecine, le professeur Joyeux défend une approche préventive contre le cancer : de loin, la plus efficace. Le professeur Joyeux est membre du Comité scientifique de l’Institut de Protection de la Santé Naturelle.

Réf. Pr Henri Joyeux et Guillaume Bouguet « Le thym et le chirurgien » Ed. du Rocher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *