Les produits allégés tiennent le haut de l’affiche. La tentation est grande, mais vous vous demandez s’il s’agit d’une véritable solution pour perdre du poids. Vous vous doutez sans doute de la réponse, cependant dans certains cas précis, les édulcorants peuvent être salvateurs.

On parle partout des produits dits «light» comme étant la recette de la minceur et de la bonne santé: on retrouve l’image de la femme bien dans son corps et de l’homme athlétique sur tous les supports de communication. Pourtant, il s’avère que ces produits ne sont pas si inoffensifs. Le mieux reste de demander conseil à une diététicienne, dont le métier consiste à accompagner les patients dans la mise en place d’un processus d’alimentation qui leur convient au mieux.

Le réflexe: une alimentation saine

La tendance est de prescrire une alimentation saine et équilibrée, avec des produits naturels, afin qu’ils conservent toutes leurs qualités nutritives. «Après un bilan alimentaire complet, nous donnons des conseils en tenant compte des points forts et des points plus faibles au niveau des habitudes alimentaires du patient, révèle Florence Authier. Nous sommes là pour leur permettre d’améliorer, voire de changer leurs habitudes alimentaires et leur façon de consommer. Nous préconisons rarement le recours à des produits allégés.» La diététicienne déplore d’ailleurs «que l’industrie agroalimentaire ait de la peine à proposer des produits moins sucrés et dans l’ensemble avec le moins d’additifs possible», en lieu et place des aliments light.

Allégé ne signifie pas «sans matières grasses»

«Les produits allégés en matières grasses peuvent être intéressants, comme par exemple certains fromages maigres, le lait partiellement écrémé ou les crèmes light, précise Florence Authier. Il faut toutefois être prudent et ne pas croire que, parce que certaines préparations sont allégées, elles ne contiennent plus de graisses. Ce n’est pas le cas! Elles en comportent souvent encore une quantité importante, comme par exemple les chips pauvres en matières grasses (MG) qui restent assez riches en graisses (23% de MG, ndlr), mais moins que leurs homologues classiques évidemment (35% de MG, ndlr).» Par ailleurs, le problème posé par des produits sans matières grasses – comme le lait maigre – est important, car la graisse permet d’absorber différentes vitamines. Ôter ou supprimer la matière grasse revient à ne pas donner à son corps les nutriments dont il pourrait avoir un besoin essentiel. D’où l’importance de se faire accompagner dans une démarche visant à retrouver sa forme et sa ligne.

En réponse à une pathologie déjà présente

Malgré cela, les produits allégés recèlent de solutions pour les patients atteints de pathologies requérant un régime particulier (et imposé) pour garder une santé minimum. Pour les personnes souffrant de diabète, les produits avec des édulcorants, ou les «sucrettes» elles-mêmes permettent d’absorber moins de sucre. «Les pastilles d’édulcorant peuvent représenter une alternative utile pour des personnes qui ont de la peine à se passer de douceur dans les boissons chaudes et qui doivent limiter leur apport en sucres», explique Florence Authier. Ces produits peuvent, dans certaines situations, amener un peu de confort dans le quotidien des patients sous contrainte alimentaire. Il faut cependant faire très attention aux boissons light chez les enfants. «Tous les édulcorants sont soumis à une dose journalière admissible fixée pour chaque kilo de masse d’un individu, avertit la spécialiste. Les enfants peuvent donc facilement atteindre la limite avec certains produits comme les boissons édulcorées.»

Optez pour un édulcorant naturel sain!

Grâce à son index glycémique nul et son pouvoir sucrant 200 fois supérieur à celui du sucre raffiné, le stévia est une excellente alternative. Partenaire idéal des régimes minceur, il s’est peu à peu imposé comme remplaçant légitime de l’aspartame. Les diabétiques de type 2 peuvent en consommer sans risque, de même que les personnes souffrant d’hypertension artérielle. Enfin, aucun risque de carie: les bactéries dentaires ne captent pas le mauvais sucre lors de l’ingestion du stévia.

Avec Florence Authier, diététicienne indépendante à Neuchâtel.
Florence Authier accompagne ses patients vers une nutrition adaptée en cas de troubles alimentaires et de pathologies en lien à une alimentation particulière. Elle assure également des interventions dans le cadre de conférences ou d’actions publiques.

 

Comments are closed.