Un faux mouvement, une posture maintenue trop longtemps, le port de charges lourdes sont des exemples courants de causes de douleurs dorsales. Hommes ou femmes, jeunes et vieux, dans les pays occidentaux, 80 à 90% de la population est touchée par le mal de dos à un moment ou l’autre de sa vie.

Très schématiquement, il faut se souvenir que notre colonne vertébrale comporte 33 vertèbres. Les disques intervertébraux assurent protection, amortissement et jouent le rôle de pivot. Le canal rachidien renferme la moelle épinière, de laquelle se détachent les racines des nerfs périphériques. Ces derniers transmettent des informations aux différentes parties du corps et en reçoivent de celles-ci.

Des causes multiples

De nombreuses pathologies ou situations peuvent être à l’origine de douleurs dorsales. Cela peut commencer par de mauvaises postures associées à une musculature dorsale trop faible ou des tensions musculaires, aggravées en période de stress. Par ailleurs, une hernie discale peut apparaître suite à la lésion d’un disque intervertébral ; le ligament correspondant est touché et entraîne un lumbago et/ou une sciatique, par exemple. Le lumbago occasionne une douleur aiguë et brutale, suite à un effort ou à un faux mouvement, tandis que la sciatique, qui correspond à une inflammation ou à une compression du nerf, s’exprime par une douleur irradiante (fesse, face postérieure de la jambe, pied).
L’arthrose ou l’ostéoporose, des pathologies liées au vieillissement des os et des articulations, ou encore l’excès de poids surchargeant la colonne vertébrale sont d’autres sources fréquentes de douleur. Citons pour finir les douleurs ressenties en cours de grossesse ou liées à la menstruation, les métastases lors de cancer, les affections d’organes internes entraînant des irradiations douloureuses (ulcère d’estomac par exemple), etc. La liste est longue! Seul un diagnostic médical permettra d’identifier la cause de vos douleurs et d’entreprendre le bon traitement.

Quelques conseils pour atténuer la douleur

1) Du repos! La position allongée diminue la pression sur les disques, la tension musculaire, les irritations des nerfs. Couché sur le dos, jambes fléchies soutenues par un cageot ou des coussins, le temps de repos variera selon l’affection. Adoptez la position qui vous est le plus agréable. L’emploi d’un oreiller spécial qui soutient la nuque, un bon matelas, un sommier adéquat contribuent au soulagement.
2) De bonnes chaussures. Soyez attentif à la hauteur de vos talons! Pas trop hauts pour un bon soutien… Essayez de perdre quelques kilos, si nécessaire: le surpoids aggrave les douleurs.
3) De la chaleur. Elle permet la relaxation musculaire (bain, fango, pommade ou emplâtre chauffants).
4) Du froid. Il anesthésie l’endroit douloureux et a des propriétés anti-inflammatoires (cataplasmes).
5) Des médicaments. Les antidouleurs obtenables sans ordonnance (paracétamol, ibuprofène, acide acétylsalicylique) sont à utiliser dans un laps de temps court, aux doses prescrites sur l’emballage et en tenant compte des interactions possibles avec d’autres médicaments si vous êtes sous traitement médical.

Votre douleur atténuée, vous pourrez entreprendre un traitement physique visant à prévenir les rechutes et à restaurer la mobilité dorsale. Muscler son dos et sa ceinture abdominale décharge la colonne et ses disques: pratiquez donc régulièrement un sport adapté. Consultez les programmes «École du dos» qui enseignent les postures correctes (dans tous les actes de la vie quotidienne), la détente, le geste adapté à chaque situation. Pensez également à l’électrostimulation, qui s’avère un bon complément de l’exercice physique pour renforcer la musculature dorsale. Cette technique permet en outre de traiter les douleurs chroniques (par neurostimulation électrique transcutanée ou TENS), comme les douleurs aiguës (via des traitements de type endorphinique ou décontracturant).

Pour plus de sécurité

Demandez l’avis du corps médical dans les cas suivants:
– Votre mal de dos s’accompagne de fièvre, de frissons ou d’un mauvais état général;
– Un lumbago ou une sciatique s’accompagnent de fourmillements, de troubles de la sensibilité et de la mobilité, de difficultés à uriner ou à aller à selle;
– Les douleurs sont violentes et ne s’atténuent pas par automédication ou apparaissent dans d’autres articulations que celles du dos.

Comments are closed.