Dans notre monde qui tourne à toute vitesse, il devient difficile d’appuyer sur la touche pause. Pourtant, les moments de farniente sont importants pour mener une vie équilibrée et rester en bonne santé. Un principe à rappeler aux bourreaux de boulot que le burn-out guette!

Copyright: AllTheContent / Pixabay – En cas de burn-out, une déconnexion de plusieurs mois s’avère nécessaire pour guérir.

Notre société court après le temps, après les performances et après l’argent. Des principes qui guident notre style de vie, souvent au détriment de notre santé. Plutôt que de prendre le temps de se reposer lorsqu’un mal de tête survient, on va préférer prendre un médicament, comme un réflexe, et poursuivre nos activités sans chambouler notre programme. En cas de maladie, le challenge que l’on s’impose est de guérir le plus rapidement possible, pour retourner au travail dans les plus brefs délais.
Or, cette course sans limite a des répercussions sur le bon fonctionnement du corps humain. «Aujourd’hui, les citoyens sont poussés à adopter un rythme de vie effréné, où chaque case de l’agenda doit être remplie, remarque le psychiatre Aurelio Mastropaolo. Pourtant, les temps morts sont importants pour se reposer et pour être créatifs, que ce soit pour soi, sa famille ou son entreprise.» Pour autant, les blessures de l’esprit ou du corps se guérissent-elles mieux en phase de repos? Il n’y a pas de règle absolue, selon le spécialiste: «C’est variable. Certaines personnes ont besoin d’être toujours occupées pour être satisfaites, d’autres pas.»

Un système immunitaire affaibli par le stress

Les cures de repos sont-elles la solution pour se remettre sur pied? Aurelio Mastropaolo mise plutôt sur la prévention, et propose la métaphore d’un coureur. Veut-on mener des sprints à en perdre haleine et les entrecouper de cures de thalassothérapie pour tenir le coup, ou plutôt adopter le rythme régulier d’un marathonien pour faire face à son quotidien? La seconde solution semble préférable. Il faut donc savoir réagir avant d’être au bout du rouleau. En cas d’épuisement et de burn-out, une déconnexion de plusieurs mois s’avère nécessaire pour guérir. Quand la cure de repos est prescrite, il est donc déjà trop tard!
En outre, le stress a des effets néfastes sur la santé. «Aujourd’hui, nous en avons des preuves biologiques, rappelle le spécialiste. Le stress augmente la production de cortisol, et diminue celle de testostérone, qui est l’hormone de la réussite.» Si le cortisol, l’hormone du mauvais stress, atteint un trop haut niveau, un individu ne sera plus capable d’affronter son quotidien. Le stress chronique, qui dure plusieurs mois, influe également sur le fonctionnement du système immunitaire. «Le nombre élevé de cancers y est lié, poursuit le psychiatre. Notre société qui court après le temps mise sur la productivité, au détriment de la santé. Il n’est pas étonnant non plus que le nombre de consultations pour problèmes psychiques explose!»

Les vacances, temps d’arrêt à protéger

En plus des pauses à s’accorder au quotidien, les vacances sont un moment important dans l’année, où il faut oser déconnecter. «Les syndicats de l’après-guerre ont aménagé ce temps de repos, qui est l’occasion de voyager, de découvrir le monde», souligne le psychiatre. Du coup, en cas d’épuisement professionnel, prendre des jours de vacances pour se remettre d’aplomb est une fausse bonne idée. Ce repos rendu nécessaire par un travail trop stressant est plutôt du ressort de l’arrêt de travail que des cinq semaines de congés payés.
Pas facile néanmoins de dire «non» et d’échapper à la dictature financière. Il est cependant sain de refuser de travailler sous stress continuellement, et de se fixer des limites, ainsi que des moments où on appuie sur pause. «Je crois que la société moderne a oublié le potentiel créatif de l’ennui et la nécessité absolue de se reposer», conclut le psychiatre.


J’ai besoin de repos!
Que faire si le stress vous mine?
– En faire part à son entourage, et ne surtout pas s’isoler.
– En parler à son généraliste ou à son psychothérapeute.
– Ne pas avoir la prétention de pouvoir régler le problème seul.

Copyright: AllTheContent / Aurelio Mastropaolo

Avec le docteur Aurelio Mastropaolo, médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie FMH
Membre du Groupement des psychiatres-psychothérapeutes vaudois (GPPV), Aurelio Mastropaolo dirige la Consultation Couple & Famille, un établissement sanitaire ambulatoire où sont proposées des consultations individuelles, ainsi que des thérapies de couple et de famille.

FBR/AllTheContent

Comments are closed.