Ballades à la campagne, promenades en forêt, baignades, des plaisirs de l’été parfois gâchés par des insectes, très présents en cette saison. Les piqûres sont le plus souvent bénignes. Néanmoins, 4% de la population y répond par des allergies plus ou moins sévères et qu’il faut soigner.

Les abeilles (plus rarement les bourdons) laissent leur aiguillon dans la peau après avoir piqué. La douleur est vive, avec une réaction allergique. Première chose à faire: ôter le dard. Puis bien désinfecter le point d’impact. Les guêpes et les frelons ne laissent pas d’aiguillon, mais leur venin provoque une violente douleur. Ne jamais s’énerver si des guêpes tournent autour de votre assiette! Quittez la table tranquillement si vous avez peur, car plus vous gesticulerez, plus les guêpes se sentiront menacées et se montreront agressives. Les taons nous attaquent souvent à la piscine ou au bord du lac. Pourvus d’une «trompe» suceuse de sang (seule la femelle pique), il en résulte un gros bouton, bien rouge et qui fait mal. Les moustiques (femelles), en piquant, sécrètent une substance qui augmente la perméabilité des vaisseaux sanguins et facilite leur travail de succion du sang. On ne sent pas la piqûre tout de suite mais bien la réaction cutanée qui s’ensuit: les démangeaisons sont souvent intenses et l’envie de se gratter irrésistible.

Les complications possibles

Si les piqûres de moustiques sont le plus souvent bénignes, celles d’abeilles ou de guêpes peuvent entraîner des réactions allergiques qui se manifestent par une rougeur, de l’urticaire, de fortes démangeaisons, une sensation de chaleur, voire des difficultés à respirer. Dans les cas les plus graves, un collapsus avec arrêt respiratoire peut survenir. Il peut aussi y avoir danger si une personne subit une multitude de piqûres en une fois. Si vous savez que vous êtes allergique à ces insectes, il s’agit d’une urgence médicale. Vous devriez toujours avoir avec vous votre kit de secours (antiallergique, cortisone, seringue d’adrénaline). Informez les personnes autour de vous et faites-vous accompagner le plus vite possible dans un centre d’urgences médicales. Même démarche si vous êtes piqué dans la bouche ou au cou. Si malgré les soins prodigués et appropriés, d’autres symptômes apparaissent (ganglions enflés, fièvre, nausées, malaise, vertiges, troubles respiratoires), consultez au plus vite le corps médical.

Prévenir vaut mieux que guérir

Vous trouverez en pharmacie des gammes complètes de produits insectifuges (laits, gels, sprays, lotions) à appliquer directement sur la peau et/ou les habits. Porter des vêtements couvrants fait partie des précautions à prendre dans certaines circonstances. Pour l’intérieur, il existe des sprays ou des appareils à brancher sur la prise électrique contenant des substances qui repoussent les insectes. Enfin, l’usage de la bonne vieille moustiquaire est toujours utile si on veut dormir en paix ou autour du landau de bébé, qui dort à l’ombre pendant que l’on fait la mise en place du pique-nique au bord de l’eau!

Comments are closed.