Quand on sait qu’environ 70% des pathologies, toutes origines confondues, peuvent être imputées au stress, cela laisse songeur. D’où, peut-être, le succès d’une autre approche de la santé, qui consiste à prévenir plutôt qu’à guérir.

La réflexologie repose sur l’idée selon laquelle la libre circulation de l’énergie vitale dans le corps apporte harmonie et santé. Partant de la théorie qui veut que chacune des parties du corps, chaque organe a une correspondance dans le pied – faisant de celui-ci une espèce de tableau de bord de notre corps – le réflexologue manipule, presse et masse les pieds.

Histoire de la réflexologie

La réflexologie n’est pas une technique récente. On a retrouvé des dessins de massages des pieds et des mains vieux de 5000 ans ! Mais c’est à un Américain, le Dr William H. Fitzgerald, que l’on doit les débuts de la thérapie de zones au début du XXe siècle. Il divisa le corps en zones d’énergie longitudinales, chacune partant d’un pied et montant jusqu’au cerveau, puis redescendant dans le bras situé du même côté, jusqu’à la main. Et c’est une femme, Einice Ingham (1879-1974), qui mit en forme la réflexologie telle que nous la connaissons aujourd’hui. C’est elle qui a établi une véritable carte des zones réflexes des mains et des pieds. En 1960, l’une de ses élèves, Doreen Bayly, introduisit la réflexologie en Grande-Bretagne où elle créa une école enseignant les principes de la thérapie.

Une pression ciblée vers l’équilibre

En stimulant par pression la plante des pieds à des endroits précis, le thérapeute débarrasse le corps des tensions superflues qui créent toutes sortes d’affections : maux liés au stress (allergie, asthme, insomnie, fatigue, dépression…), excès de tension musculaire (lombalgies, fibrose…), affections propres à la femme (syndrome prémenstruel, troubles de la ménopause…). Le réflexologue exerce des pressions continues et douces avec le pouce plié à 45°, l’autre main et les autres doigts ne servant qu’à immobiliser le pied traité. Il prolonge uniformément les pressions pendant une à deux minutes pour qu’elles soient efficaces. En fait, certaines zones du pied contiennent parfois des dépôts ressemblant à du cristal. Ils sont formés de calcium et se situent sous la surface de la peau au niveau des terminaisons nerveuses. Le réflexologue masse ces zones afin de réduire ces dépôts, qui sont ainsi emportés plus facilement par la circulation sanguine. De même, il agit soit en apaisant une région hyperactive, soit en stimulant une région hypoactive, et permet ainsi au corps de retrouver son équilibre dans sa globalité.

Une représentation miniaturisée du corps

Chacune des parties du corps, chaque organe, a une correspondance dans la plante du pied (et dans les mains), selon la théorie de la réflexologie. Le corps s’y projette d’une certaine façon. Mais comment ? Pied droit, pied gauche, lequel contient quoi ? Précisément, tous les organes doubles (les reins, les yeux, les poumons, les oreilles…) et ceux qui sont centraux (c’est-à-dire au milieu du corps, comme la glande thyroïde, le thymus) sont représentés sur les deux pieds. Les autres organes sont représentés sur le pied du côté où ils se situent : la vésicule et le foie sur le pied droit, la rate sur le pied gauche, etc. La manipulation de ces zones dites de réflexes permet de détecter les divers dysfonctionnements de l’organisme et de les traiter. Attention ! Les réflexologues ne prétendent pas soigner les maladies graves uniquement par leur technique. Mais ils pensent pouvoir apporter une aide précieuse, en plus des traitements classiques, en atténuant les effets indésirables des médicaments et en accélérant l’élimination de leurs toxines. Comme l’homéopathie ou l’ostéopathie, la réflexologie est une technique qui prend en compte l’individu dans son ensemble, non seulement physiquement, mais également émotionnellement et psychologiquement. En effet, la relation privilégiée établie durant des séances de réflexologie est également une réalité, qui a sa part dans l’amélioration de l’état de santé.

Comments are closed.