Que restait-il de la cité corsaire datant du XIIe siècle après les combats de 1944? Quasiment rien. Intra-muros tout fut détruit à 80%. Sur ces ruines, Saint-Malo se releva grâce à une histoire fidèle à son passé. Sur la Côte d’Émeraude, marée haute de bonheur à Saint-Malo et Dinard, façon tourisme et thalassothérapie.

Au cours d’une balade aventureuse au sein des remparts posés sur le rocher qui supporte la ville et ne tenant que par le poids des pierres empilées, vous découvrirez Robert Surcouf, décédé à Saint-Malo en 1827. Ce capitaine corsaire bâtit une véritable fortune en multipliant les abordages des navires anglais dans l’Océan Indien. Sa statue se trouve sur la place du Québec, un nom qui renvoie à Jacques Cartier prenant possession du Canada en 1534 et dont le tombeau se trouve dans l’actuelle cathédrale Saint-Vincent. Le sol de l’édifice en pente douce et les gargouilles en forme de canon vous surprendront.

Un spectacle hors norme

Le Malouin a pour habitude d’avoir sur lui l’horaire des marées de Saint-Malo, les plus grandes d’Europe (le marnage est de 13,5 mètres), provoquées par la concentration des eaux au cœur d’une énorme baie triangulaire entre la Bretagne et le Cotentin. Faites comme lui pour ce spectacle unique! Quatre fois par jour, toutes les six heures, la plage et les rochers se couvrent, puis se révèlent à nouveau. Envie de découvrir une vue panoramique de Saint-Malo? Filez à Dinard, qui se situe juste en face!

«A touch of class»

L’anglais s’impose, puisque ce sont de riches commerçants britanniques qui commencèrent à s’y installer au XIXe siècle. Ils construisirent de somptueuses villas tout le long de la côte. On peut les admirer – il y en a plus de 400 – en longeant la mer par «La Promenade au Clair de Lune», abritée du vent, face à Saint-Malo. La plus connue de ces maisons «Les Roches Brunes» accueille des expositions temporaires. À la fin des années 1880, Dinard était considérée comme la «1re station balnéaire de France». C’était le temps des «bains à la lame»: les femmes se changeaient dans une cabine montée sur charrette, tirée par des chevaux jusque dans l’eau. Puis, elles ouvraient la porte en toute discrétion, descendaient quelques marches pour enfin barboter – encore très habillées – dans l’eau tonique de la Manche, très brièvement et sous l’œil attentif de censeurs. Un seul exemplaire de ces cabines subsiste.

La thalasso et ses plus

Dès le début de la thalassothérapie (avec l’ouverture de l’institut marin Rockroum, en 1899 à Roscoff, le docteur Louis Bagot est considéré comme le père de ce protocole de bien-être), des études ont été menées sur son bien-fondé. Des preuves empiriques certes, mais rien de vraiment scientifique. C’est chose faite aujourd’hui. Les Thermes Marins de Saint-Malo ont en effet collaboré avec l’équipe du Docteur Lagarde pour démontrer l’efficacité des soins. «L’étude menée aux Thermes Marins de Saint-Malo par une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA) fut présentée au Congrès du Sommeil (du 23 au 25 novembre 2017, à Marseille), pour que l’ensemble de la communauté médicale et scientifique puisse y avoir accès et, éventuellement, intégrer ces données dans leurs futurs projets de recherche», précise Serge Raulic, Président Directeur Général des Thermes Marins de Saint-Malo. Quelques chiffres sur le ressenti: -55% de douleurs, +31% de bien-être, +88% de détente, +106% de souplesse, sans oublier un sommeil bien plus réparateur (+23 minutes en moyenne après 3 jours de soins).

Le glacé «cool»

A Dinard, le Novotel Thalassa propose un nouveau programme de soins à base de cryothérapie. Le froid déclenche un choc thermique responsable de la libération d’hormones (endorphine, mélatonine, sérotonine) ayant un rôle sur la douleur et sur l’inflammation. L’effet antalgique est immédiat en induisant un message analgésique au cerveau. Le principe est très simple: la personne, en sous-vêtements, est isolée dans une cabine, les pieds et les mains protégés par des gants et des chaussons adaptés. «La température abaissée grâce à de l’azote gazeux s’établit de -110°C à -195°C, en fonction du patient», explique Joëlle Colin, directrice de l’institut Thalassa à Dinard. La séance dure trois minutes. Les applications de la cryothérapie sont multiples: rhumatologie, neurologie, traumatologie, sport et bien-être, dont les troubles du sommeil. Quelques soins par le froid sont inclus dans une autre spécialité de cet établissement de thalasso: la cure «Cap Ménopause» atténuant les inconvénients de cette étape de la vie d’une femme.

par Claude-Yves Reymond

Pour s’y rendre:
La Bretagne se rapproche de la Suisse. En train, avec un transit par Paris (2 heures sont nécessaires pour le changement de gare), le TGV relie désormais la capitale française à Saint-Malo en 2h14. En avion, nouvelle liaison low cost entre Genève et Rennes. On y va… et on y revient!
Pour plus d’infos: Atout France, Rennweg 42, Zurich (www.france.fr)

Comments are closed.