Viellissement

Viellissement

Plusieurs maladies oculaires sont liées au vieillissement de l’œil; celui-ci impacte les différentes structures de l’œil, à des degrés divers. Certains facteurs extérieurs peuvent également accélérer le processus de vieillissement…

L’œil est ainsi particulièrement sensible aux radicaux libres liés à l’exposition prolongée au soleil. Tous les tissus oculaires sont concernés par cette agression, tout particulièrement la cornée et le cristallin. Le tabagisme est également à l’origine d’un vieillissement oculaire prématuré car il provoque un stress oxydatif au niveau de la rétine et du cristallin.

Quand la vue s’affaiblit…

«Tout le monde est concerné par la presbytie après 50 ans», informe le Professeur Jean-François Korobelnik, président de la SFO et chef du service d’ophtalmologie du CHU de Bordeaux. C’est une évolution normale liée au vieillissement. La presbytie correspond au vieillissement du cristallin. Moins souple, plus volumineux, celui-ci entraîne une diminution de l’accommodation. La vision de près devient floue, on a besoin de plus d’éclairage et du mal à lire. Le signe? On doit allonger les bras pour faciliter la lecture. L’autre solution est de porter des lunettes pour la vision de près.

Autre pathologie oculaire fréquente liée à l’âge: la Dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA. C’est la principale cause de malvoyance et de cécité après 50 ans, dans les pays industrialisés. La DMLA est un ensemble de lésions dégénératives dans la région centrale de la rétine (la macula), siège principal de la vision et responsable de la vision fine nécessaire à la lecture, la reconnaissance des détails, l’identification des visages, le discernement des couleurs… Les signes de la DMLA? Tout d’abord une baisse d’acuité visuelle, une sensation d’assombrissement, de brouillard, de flous visuels, puis, à un stade plus avancé, la perception d’une tache au centre du champ de vision (scotome). La vision est déformée: par exemple, les lignes droites sont gondolées.

Des symptômes plus ou moins présents

Avec l’âge, le cristallin s’opacifie, entraînant une baisse progressive de la vision: c’est la cataracte. Conséquences: on voit moins bien de loin et de près, mal la nuit, la vue est trouble et très sensible à la lumière. Les couleurs sont ternes. L’acuité visuelle diminue et finit par conduire à la cécité partielle ou totale si la chirurgie de la cataracte n’est pas réalisée. Cette maladie touche plus de 20% de la population à partir de l’âge de 65 ans, et plus de 60% à partir de l’âge de 85 ans. Aujourd’hui, la cataracte se soigne très bien grâce à une opération chirurgicale.

S’il est lié en partie au vieillissement, le glaucome peut, quant à lui, parfois toucher des personnes plus jeunes. Toutefois, «Le glaucome est beaucoup plus fréquent à 50 ans qu’à 30 ans», informe le Professeur Jean-François Korobelnik. Le principal facteur de risque de la maladie est une hypertension intraoculaire (normale < à 21 mmHg), qui sans traitement va détruire progressivement les fibres du nerf optique et conduire à la cécité. Or, sa progression lente est imperceptible par la personne touchée: un contrôle régulier chez un ophtalmologiste est donc nécessaire pour déceler l’apparition des prémices de la maladie.

Maladies chroniques et vision

Certaines maladies, le plus souvent chroniques, comptent parmi leurs «dommages collatéraux» des désagréments au niveau des yeux – gêne, douleur ou déficience visuelle –, qui peuvent s’avérer dangereux, s’ils ne sont pas pris en charge. Les problèmes visuels – notamment la rétinopathie diabétique – font partie des complications les plus connues du diabète. Mal pris en charge, ils peuvent parfois conduire à la cécité. Le diabète, de type 1 ou 2, endommage en effet les vaisseaux sanguins de l’œil; il entraîne aussi l’apparition de micro-anévrismes, qui peuvent se rompre dans la rétine, où des dépôts de matière et de sang finissent par s’accumuler. Au bout d’un certain temps, le vue baisse ou disparaît complètement. Les diabétiques doivent donc réaliser régulièrement un examen des yeux (au moins une fois par an), de manière à repérer rapidement les lésions et limiter les risques.

La rosacée est une autre maladie chronique, moins connue, pouvant impacter la vue. Cette affection de la peau touche 2 à 3% des adultes et provoque des rougeurs sur les joues et le nez et/ou l’apparition de papules et pustules selon l’avancement de la maladie. Les symptômes pouvant apparaître au niveau des yeux ne sont guère plus agréables: sécheresse, larmoiements, rougeurs, démangeaisons, sensibilité exacerbée à la lumière, sensation de corps étranger, etc. Pour retrouver un minimum de confort visuel, il est important de consulter un spécialiste dès l’apparition de ces signes. La cause de la rosacée reste inconnue et aucun remède définitif n’existe, mais des traitements permettent d’atténuer largement les symptômes.

«La cataracte touche plus de 20% de la population à partir de l’âge de 65 ans.»

«Le diabète, de type 1 ou 2, endommage les vaisseaux sanguins de l’œil.»

Side closeup portrait of white elderly woman

3 signes qui doivent alerter

Même si certaines maladies de la vue ne sont détectables que par un ophtalmologue, d’autres se traduisent par des indices qui doivent vous faire réagir:

– Dur, dur, de lire de près: lorsqu’il devient difficile de lire le journal ou un roman, parce que les caractères typographiques restent flous, c’est un signe de presbytie. Elle survient après 40 ans et rend la vision nette de près ardue. En fait, le cristallin perd sa faculté d’accommodation, et ne parvient plus à faire le point. La solution? Le port de lunettes pour la lecture, de lentilles progressives, ou une opération au laser.

– Vue qui baisse et éblouissement: ce sont des signes de la cataracte, due à la perte de transparence du cristallin. Des zones d’opacité à sa surface provoquent une baisse de la vue, avec une impression de brouillard et un éblouissement accru. «Parfois aussi, les patients ont du mal à lire, les signes dépendent du type de cataracte,» précise Délila Tatrai, ophtalmologue. Le risque de développer cette affection augmente avec l’âge. La plupart des cas surviennent toutefois après 60 ans.

3. Je prends de l’âge: après 40 ans, il est important d’effectuer des contrôles annuels chez l’ophtalmologue, selon les recommandations de Délila Tatrai. Certaines affections, dangereuses pour l’œil (glaucome, DMLA), sont indolores et restent indécelables par le patient. En identifiant le problème suffisamment tôt, il devient possible de ralentir le phénomène.

Autant de signes à garder à l’œil, pour la santé de sa vue!

Comments are closed.