Hills of salt - salt extraction area at the world's biggest salt plain Salar de Uyuni, Bolivia

La nature est décidément pleine de ressources pour qui cherche des méthodes douces pour se soigner. Le sel, parmi toutes ces richesses, constitue un précieux atout pour venir à bout de nombreux soucis de santé. Quelles sont les vertus de cet élément si souvent décrié? Pour quels maux en particulier et sous quelles formes l’utiliser? Zoom sur ces petits grains qui nous veulent du bien!

Le sel, utilisé en tant que condiment et conservateur depuis la préhistoire, a toujours été considéré comme une denrée précieuse et rare. Objet d’un commerce effréné dès l’Antiquité le long des «routes du sel» qui sillonnent l’Europe et l’Asie, il a été, durant longtemps, une monnaie d’échange entre les peuples et donna même lieu au XIVe siècle à la création d’un impôt en France, la gabelle. C’est grâce à cette histoire millénaire, à sa valeur mais aussi à ses multiples fonctions que le sel a été surnommé «l’or blanc».

Quid de « l’or blanc »

Si l’intérêt du sel dans l’amélioration de la vie quotidienne, et notamment dans la conservation des aliments, a clairement été identifié, cette molécule reste largement décriée de nos jours dans l’alimentation. En effet, lorsque consommé avec excès – plus de 3 grammes par jour –, le NaCl multiplie les risques cardiovasculaires et est susceptible d’entraîner de l’hypertension artérielle. Mais à l’inverse, le sel, qui est composé à 39% d’ions sodium et 61% de chlorure, fait partie des minéraux indispensables au bon fonctionnement de l’organisme, et notamment au niveau de l’activité cérébrale et musculaire. Il est, en effet, un électrolyte qui assure l’absorption des nutriments par les cellules et joue un rôle prédominant dans l’équilibre hydrique, la régulation des liquides et l’hydratation du corps.

Outre la nutrition, l’on a cependant tendance à oublier voire à méconnaître le sel en tant que remède naturel. En usage externe et sous diverses formes, les puissantes fonctions antiseptiques et antibactériennes qu’il présente se révèlent de véritables armes pour combattre de nombreux symptômes, parmi lesquels, les problèmes respiratoires, les affections dermatologiques et autres troubles digestifs.

Halothérapie: la mer en ville

Encore assez peu développée en Suisse, l’halothérapie est une médecine naturelle reposant sur les bienfaits du sel. Pittoresque, l’immersion au cœur d’une grotte ou d’une chambre aux parois et au sol recouverts de sel est tout particulièrement indiquée pour les personnes souffrant d’infections chroniques des voies respiratoires. Plusieurs séances d’une petite heure passée à se relaxer dans cette atmosphère salée permettent en outre d’apaiser les affections dermatologiques. Les multiples oligo-éléments et minéraux drainés par ce microclimat marin contribuent aussi à renforcer le système immunitaire. Maura de Santis, halothérapeute et directrice de «La Mer en Ville», première chambre de sel en Suisse romande, a d’abord observé les effets quasi miraculeux de l’air marin sur sa propre santé. «Moi-même asthmatique, j’ai découvert l’halothérapie par le bouche à oreille, raconte Maura de Santis. J’ai décidé de me former à cette discipline en voyant les résultats sur ma propre santé. Je suis Italienne, et en Italie, ce traitement est largement diffusé: il existe actuellement plus de 4000 centres recensés. J’ai souhaité me former à ce métier et exporter cette technique qui reste encore mal connue, ici en Suisse romande, et qui permet pourtant de soulager les problèmes respiratoires.»

Le sel poussé et répandu dans la chambre par un microniseur contribuerait en effet à nettoyer les voies respiratoires, à dissoudre le mucus qui les engorge et ainsi à soigner ou au moins apaiser l’inconfort lié à l’asthme, aux rhinites allergiques, au rhume ainsi qu’à la sinusite chronique ou encore à la toux liée au tabagisme. «Habitant en ville, l’on respire à longueur de journée des cochonneries, met en garde l’halothérapeute. Seules quelques séances en chambre de sel suffisent à se sentir et à respirer mieux. De plus en plus de médecins recommandent cette thérapie naturelle qui a l’intérêt de ne provoquer aucune allergie ni aucune sorte d’effet secondaire. Elle est d’ailleurs utilisée dans le sport de haut niveau, notamment pour la récupération des athlètes.»

sel de mer

Thalasso: le sel dans la peau

Au point de vue dermatologique aussi, le pouvoir du sel est tout particulièrement probant. Par exemple, pour le psoriasis, qui provoque des lésions cutanées et fortes démangeaisons. Compresses, bains d’eau saline, cataplasmes… Ces remèdes sous formes d’applications locales sont largement prescrits pour leur efficacité et leur action calmante. Concentré exceptionnel de plus de 20 sels minéraux, le sel de la Mer Morte est à ce titre spécifiquement recommandé. En cas d’inflammations cutanées, les propriétés purifiantes et antiseptiques aident à assainir l’épiderme tout en favorisant l’hydratation, la cicatrisation et la régénération des cellules. Aussi, les peaux grasses à problèmes, à tendance acnéiques ou présentant un excès de sébum peuvent elles aussi se transformer au contact de soins à l’eau ou l’air salins.

Comme l’halothérapie, la thalassothérapie – en centre ou en milieu balnéaire – permet, grâce aux nombreux sels minéraux contenus dans l’eau de mer, de combattre les problèmes dermatologiques et aide à renforcer le système immunitaire. Particulièrement régénérants, les bains d’eau de mer – chauffée entre 37 et 40° – favorisent par voie cutanée l’absorption d’ions négatifs qui, contrairement à leur nom, sont très favorables à l’équilibre de l’organisme. Ainsi, le sodium et le potassium contenus dans les sels minéraux marins facilitent la régénération cellulaire. Et leur impact sur les systèmes musculaires et nerveux, notamment, en font un puissant relaxant, un anti-stress naturel participant activement à l’équilibre de la santé psychique et au bien-être en général.

De quel soin au sel ai-je besoin?

En institut, en centre spécialisé ou à domicile, il existe de multiples façons de profiter des bienfaits du sel. Cures, soins et bains… Voici quelques-uns des rituels salins parmi les plus malins.

mer de sel

Le gommage au sel

Chez soi ou en institut, le peeling corporel au sel est un soin exfoliant dont il existe plusieurs déclinaisons. Gommages au sel de la mer Morte, au caviar de sel, au sel de l’Himalaya, ou bien encore, aux sels des Alpes – une variante typiquement suisse – permettent d’éliminer les cellules mortes et de nettoyer l’épiderme en profondeur. Généralement associée à une huile végétale pour l’hydratation, la richesse minérale du sel contribue à purifier la peau tout en la régénérant. Au niveau du visage, il est conseillé d’utiliser un sel plus fin, et surtout, d’éviter les muqueuses.

Le bain de vapeur salin

Bénéfices cutanés, vertus antiseptiques et décongestion des voies respiratoires… Ce soin offre un pur moment de détente tout en agissant de façon globale sur l’organisme. A l’instar de la séance en chambre de sel, l’intérêt de ce traitement halothérapique réside dans l’inhalation d’air salin chargé en minéraux. Comme dans un hammam, la vapeur permet, quant à elle, de détendre les muscles, d’activer la circulation sanguine, mais aussi d’éliminer les toxines accumulées par l’organisme. La chaleur dilatant les pores, la peau est nettoyée par les minéraux qui composent la vapeur saline.

Bain de bouche et nettoyage nasal

Le rinçage de la bouche à l’aide d’eau saline tiède permet, grâce à son action antibactérienne, de débarrasser des toxines qui prolifèrent. Pratiquée une à deux fois par jour en bain de bouche, l’eau saline aide à lutter contre les inflammations, les problèmes de gencives et régule l’équilibre de la flore buccale. De la même manière, le nettoyage du nez avec une solution saline a un effet purifiant, mais aussi décongestionnant. Il aide à rétablir une bonne irrigation nasale en luttant contre l’accumulation de mucus, un moyen efficace de prévenir rhumes et rhinites.

Les trésors du sel d’Epsom

Le sulfate de magnésium ou sel d’Epsom, également surnommé «sel amer», est utilisé depuis des siècles pour ses nombreuses vertus curatives. Atout beauté incontestable, il permet de réguler les excès de sébum et d’assainir la peau comme les cheveux. A consommer dilué dans de l’eau dans le cadre d’un drainage du foie et de la vésicule biliaire, il se révèle aussi un puissant agent détox en raison de ses propriétés laxatives. Sa concentration en magnésium en fait surtout un excellent relaxant, tant au niveau nerveux que musculaire.
Sous forme de compléments alimentaires, de cataplasme ou à diluer dans le bain, il aide à soulager les problèmes musculaires, lombaires et les douleurs articulaires. Ses fonctions régulatrices s’avèrent aussi un réel atout pour neutraliser les déséquilibres hydriques, améliorer l’absorption des nutriments et l’oxygénation des cellules. Il doit cependant être utilisé avec précaution en cas de problèmes cardiaques, d’insuffisance rénale ou d’hypertension artérielle.

Comments are closed.