casque micro son binaural

Quelques mots chuchotés, une bouche qui mastique, des doigts qui tapotent, de l’eau qui coule, du papier que l’on froisse, Internet regorge aujourd’hui de ses vidéos baptisées ASMR (pour Autonomous Sensory Meridian Response), qui font de plus en plus d’adeptes. Le principe? Regarder ces vidéos pour se relaxer. Le secret? Une prise de son particulièrement efficace, par enregistrement binaural.

Enregistrer un son en binaural, c’est capter le son dans toutes ses dimensions, à gauche et à droite, comme le font nos deux oreilles, pour un résultat de très haute qualité. L’auditeur a ainsi l’illusion que le son est envoyé séparément dans ses deux oreilles. Avec un casque audio, le résultat est encore plus bluffant: on se retrouve en immersion totale dans une ambiance sonore.

Pour simuler cet effet, le son est enregistré sur deux fréquences différentes. Le résultat est le même que celui qui serait perçu si les deux sons se mélangeaient naturellement dans l’air avant de parvenir aux oreilles. Le son semble venir de la droite, de la gauche, de derrière, etc., d’où cette impression de proximité avec la source. Vous ne connaissez pas encore? Une rapide recherche sur Internet vous guidera rapidement vers des vidéos à écouter au casque pour vivre pleinement l’expérience. Parmi les exemples les plus célèbres, «The Virtual Barbershop», une impressionnante démonstration de spatialisation sonore (à écouter au casque bien sûr!)

Une relaxation proche de la transe?

L’ASMR est apparue aux États-Unis vers 2008. Des personnes, à la voix généralement douce et agréable, parlent ou réalisent divers bruitages qu’elles jugent relaxants et s’enregistrent via des micros ultrasensibles. Ces vidéos, qui peuvent durer de quelques minutes à plusieurs heures, ont rapidement fleuri sur la Toile.

casque audio son binaural

Ces stimuli auditifs, sous forme de sons doux et répétitifs, sont très appréciés de par leur effet relaxant. Certaines personnes avouent ne plus pouvoir se passer de ce petit rituel pour s’endormir… On parle d’ailleurs de «fétichisme sonore». Certains adeptes disent entrer véritablement en «transe sensorielle», jusqu’à évoquer un «orgasme cérébral», qui s’exprime par des frissons et des chatouillements à l’arrière du crâne.

Par ailleurs, comme nos autres sens, l’ouïe nous plonge parfois dans certains souvenirs enfouis. C’est ce qui peut expliquer aussi cet engouement grandissant envers les vidéos ASMR. Certains psychothérapeutes voient dans les chuchotements et autres bruits discrets un rappel à l’enfance, aux sons entendus pendant les premières années de vie. Le son binaural enferme l’auditeur dans une bulle. Tout ceci favorise la détente et met en quelque sorte le cerveau sur pause.

Des sensations très personnelles

La stimulation de l’oreille via une série de sons particuliers entraîne une sécrétion de sérotonine ou d’endorphine – des neurotransmetteurs aux propriétés analgésiques – qui plonge l’individu dans une sensation de bien-être intense.

Si certains utilisent les vidéos ASMR de façon quotidienne pour vaincre l’insomnie ou pour faire baisser leur stress, tout le monde n’est pas forcément réceptif à ce type d’expérience auditive. Certains resteront complètement insensibles à ce panel de sonorités. Comme pour l’hypnose, le processus requiert une certaine capacité à lâcher prise, à se laisser aller. Or, ceci dépend de la sensibilité de chacun. Les personnes à l’imaginaire développé seraient également plus réceptives à cette pratique.

Comments are closed.